Natacha Paquignon
CHORÉGRAPHE, DANSEUSE

Natacha Paquignon vient, par ordre chronologique, du judo, de la musique, de la danse, de l’anglais, de la recherche universitaire sur les pères pèlerins puritains des États-Unis et leur manière d’influencer le corps, du Qi Gong et de la Médecine Traditionnelle Chinoise.

Probablement, ce parcours éclectique lui donne envie de développer une recherche sur la notion de frontière et sa dimension dialectique, contradictoire, sur ce qui est entre, cet endroit qui porte la promesse à la fois du dialogue et de frottements.

Aujourd’hui elle mène une recherche chorégraphique et numérique qui interroge la place du numérique dans l’environnement et la relation qu’il entretient avec nous. Ou que nous entretenons avec lui. Elle s’intéresse au détournement des outils pour développer une relation poétique, loin de toute finalité utilitaire.
Son écriture chorégraphique est une recherche sur la capacité à agir et réagir dans un environnement. Les pièces danse et arts numériques sont des formes semi-performatives. Les danseurs sont à l’écoute de ce qui se passe en eux et autour d’eux pour une danse de l’instant. Ce qui n’interdit pas une écriture précise préalable de certaines scènes.

Dans cette recherche chorégraphique et numérique, la notion de frontière est abordée sous plusieurs angles.
La première question est celle, évidente, de la frontière entre réel et virtuel.
Une autre concerne le rapport entre espace intime et espace public, une interrogation au centre de l’utilisation quotidienne du numérique. Qu’est-ce qu’on met en partage ? Qu’est-ce qu’on garde pour soi ?

La plupart de ses créations sont des projets évolutifs entre spectacle vivant et installation, qui s’affinent, se modifient, en fonction des lieux et des personnes qui les habitent.

Elle est en charge de la programmation danse du lieu alternatif Toï Toï Le Zinc à Villeurbanne.