L'aquarium

Duo danse & musique

On ne rêve pas profondément avec des objets. Pour rêver profondément, il faut rêver avec des matières. Gaston Bachelard, L’eau et les rêves

Une danseuse est enfermée entre quatre murs transparents.
Au centre de cet espace, une baignoire, transparente elle aussi.
À l'extérieur de cette prison de plexiglas, un musicien fait évoluer la musique de son violon alto au fil du déroulement de la danse.
Séparés mais animés d'un même désir de liberté, leur communication est le fruit du contact de la matière. L'eau et le plexiglas deviennent leur terrain d'expérimentation. Liquide contre rigide, mouvement contre immobilité, intérieur et extérieur, les contrastes sont au cœur de ce dialogue chaque fois renouvelé.
À partir d'une trame définie, les deux interprètes laissent place à l'improvisation pour jouer le jeu d'une relation concrète à l'eau, une matière sans cesse en mouvement.

L’aquarium marque le début d’un cycle de recherches sur l’eau qui mènera à deux créations : L’aquarium et baby ploof.
L’eau est une matière fascinante : mouvante, vivante, adaptable, incompressible, vigoureuse et calme. Elle est la matière première, dont la symbolique universelle évoque la renaissance, le renouvellement, la régénération. Mort d’une ancienne vie pour en faire renaître une nouvelle. Agréable régression qui nous ramène aux origines de l’inconscient.
La recherche chorégraphique est un travail sur la matière et la contrainte. Contrainte d’espace : l’aquarium est petit, la baignoire l’est plus encore. La danse inverse le rapport entre espace extérieur et intérieur : le corps s’ouvre au contact de l’eau. Le mouvement perpétuel de l’eau s’inscrit dans le corps des deux interprètes.

Distribution
 
Chorégraphe & danseuse : Natacha Paquignon
Compositeur & musicien : Pierrem Thinet
Décor : Olivier Mortbontemps
Création lumière (version pour les théâtres) : Eric Lombral
 

Partenaires de création

Coproduction : Médiathèque de Vaise
Partenaire financier : Ville de Lyon

Dossier FR :